Soirée participative du 27 janvier

Retour en images sur la soirée participative intitulée "de la terre, la mer à l’assiette, quel projet agricole et alimentaire à Crozon ?

Lundi soir la liste "Crozon dynamique, écologique et solidaire" avait donné rendez-vous aux Crozonnaises et aux Crozonnais pour travailler collectivement sur le projet alimentaire de territoire. 70 personnes ont répondu présentes à l’invitation et ont pu s’exprimer, enrichir le projet porté par l’équipe.

La soirée se séquençait ainsi :
Introduction de Gaëlle Vigouroux, tête de liste,
Présentation de l’équipe qui s’engage pour et avec les Crozonnais aux Municipales.
Témoignages d’Aurélie Uzenot, boulangère paysanne de Vincent Pressensé, éleveur d’ovins et de Bastien Moysan, paysan /pêcheur sur la vie d’agriculteur, le chemin d’installation, les choix...
Lecture des remontées effectuées par les citoyens rencontrés dans les réunions participatives
Ateliers participatifs autour du rôle de la collectivité dans :
Quelle agriculture,quelle pêche demain à Crozon ?
Du sol à l’assiette, quels chemins ?
Comment renforcer le lien entre paysans et citoyens ?

Nous avions invité les structures qui accompagnent les agriculteurs sur le territoire dont la Chambre d’agriculture.
Le PNRA, le GAB 29 (groupement des agriculteurs bio), Marketa Subrovska (MADA Brest), sont venus à Crozon : merci à eux-elles ! leur présence nous a été précieuse !

Je précise et je l’ai précisé lors de la soirée que ces structures n’étaient pas venues pour nous soutenir mais pour participer au travail Collectif.

JPEG - 53 ko JPEG - 52.3 ko JPEG - 54.6 ko
JPEG - 65.1 ko JPEG - 49.5 ko

Partager cet article

Vos commentaires

  • Le 9 février 2020 à 23:00, par Médina Serge En réponse à : Retour en images sur la soirée participative...

    Bonsoir,
    Je découvre votre site et la présentation de cette réunion pour laquelle un résumé des propositions de solutions serait intéressant.
    Cordialement

    Répondre à ce message

  • Le 13 février 2020 à 18:03, par Marc Leben En réponse à : Retour en images sur la soirée participative...

    Qu’elles sera votre position par rapport à la protection animale ?
    Des attentes partagées par 7 Français sur 10
    72 %*des Français trouvent important que dans leur commune, les candidat·e·s aux élections municipales de mars 2020 s’engagent sur des mesures concrètes en matière de protection animale.
    72 %sont favorables à ce que le/la maire de leur commune, à l’issue des élections municipales de mars 2020, désigne un(e) adjoint(e) en charge de la protection animale.
    73 %sont favorables à ce que la viande, les œufs, les laitages et le poisson issus de l’élevage intensif soient exclus de la commande publique (cantines scolaires, restauration collective…).
    66 %sont favorables à la mise en place d’une alternative végétarienne quotidienne dans les cantines scolaires de leur commune.
    64 %sont favorables à l’introduction de deux repas végétariens par semaine dans les cantines scolaires de leur commune.
    « Selon l’enquête menée les 12 et 13 novembre 2019 par l’IFOP « 

    • Le 21 février 2020 à 19:30, par Gaëlle V En réponse à : Retour en images sur la soirée participative...

      72 %*des Français trouvent important que dans leur commune, les candidat·e·s aux élections municipales de mars 2020 s’engagent sur des mesures concrètes en matière de protection animale.
      _Nous pensons qu’il est normal de s’engager pour le bien être animal comme nous nous engageons pour le bien vivre des citoyen.ne.s. L’arrêté sur l’interdiction des cirques avec animaux domestiques et sauvages en est une première illustration.
      72 %sont favorables à ce que le/la maire de leur commune, à l’issue des élections municipales de mars 2020, désigne un(e) adjoint(e) en charge de la protection animale.
      Avec 6 postes d’adjoints dans une commune, il ne peut y avoir un adjoint en charge de la protection animale. Par contre notre conseillère qui aura la charge du porjet agricole de proximité a a coeur la protection des animaux.
      73 %sont favorables à ce que la viande, les œufs, les laitages et le poisson issus de l’élevage intensif soient exclus de la commande publique (cantines scolaires, restauration collective…).
      Dans l’absolu oui, ce serait formidable, mais dans la réalité aujourd’hui, la viande servie dans le secteur de la Restauration hors domicile vient à 70% de Pologne ou du Brésil. Nous essayons d’augmenter la proportion de denrées bio, produites en local mais ne produisons pas assez, puisqu’il y a de - en - d’agriculteurs et d’éleveurs et pas encore assez de personnes qui s’installent sur l’agriculture durable, bio. Le modèle intégré concentre encore bien trop la production.
      66 %sont favorables à la mise en place d’une alternative végétarienne quotidienne dans les cantines scolaires de leur commune et 64 %sont favorables à l’introduction de deux repas végétariens par semaine dans les cantines scolaires de leur commune.
      Nous serions plutôt pour sauf que dans les cantines des Communes, il n’y a pas de self et un repas végétarien n’est pas un repas avec viande dont on a enlevé la viande. Il faut déjà poser ce cap et investir dans la formation des équipes de cuisine. Beaucoup de progrès encore à réaliser mais nous avons bien l’intention d’avancer en ce sens avec un plan alimentaire de proximité important. Un par semaine déjà ce serait pas mal...

    Répondre à ce message

  • Le 13 février 2020 à 18:05, par Marc Leben En réponse à : Retour en images sur la soirée participative...

    Depuis peu la Commune de Crozon ne reçoit plus de cirque avec des animaux, aller vous poursuivre dans cette direction ?

    De nombreuse battues sont organisées par les chasseurs aller vous limiter ces pratiques ? Nous ne sommes pas tous responsables au même degré de la prolifération de certaines espèces. Des études sérieuses démontrent que le nombre faramineux de sangliers abattus chaque année est la conséquence mal maîtrisée d’une volonté politique et historique de disposer d’une abondance de «  gibier  » à «  réguler  » par la chasse de loisir.
    Dans l’inconscient collectif, le cas du sanglier permet au lobby cynégétique de justifier son rôle plus que discutable de «  régulateur de la faune sauvage  ».
    Rares sont les recherches sur des méthodes alternatives, par exemple la stérilisation. Elle serait pourtant envisageable, avec toutes les études préalables et les précautions écologiques qui s’imposent. Mais le lobby cynégétique n’en veut pas. La stérilisation est pratiquée aux États-Unis. C’est une question de volonté politique.
    Albert Einstein
    "On ne résout pas un problème avec les modes de pensée qui l’ont engendré. "

    Répondre à ce message

  • Le 12 février 2020 à 15:27, par Gaëlle V En réponse à : Retour en images sur la soirée participative...

    Bonjour Monsieur Médina,
    Nous comprenons, mais comme nous avons un candidat d’une autre liste qui reprend toutes nos idées, nous allons un peu attendre pour TOUT dire... C’est dommage, mais nous y sommes contraints !

    Gaëlle Vigouroux

    Répondre à ce message

Vos commentaires

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

-----------

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom